Par Meagan Hanna, M. A., maître-arboriste agréée par l’ISA – Représentante du Québec, Comité directeur national du RCFU

Le Jour de la Terre vient d’avoir lieu et les citoyens ainsi que les professionnels locaux du Québec ont plus d’une raison de contempler en ce mois de mai les rôles essentiels que les arbres jouent dans les collectivités de la province. Spécialement au cours des deux derniers mois, des efforts gigantesques ont été faits pour achever la plantation de centaines de milliers d’arbres à l’échelle de la province (voir l’article sur les événements de foresterie urbaine au Québec – printemps 2017). Plusieurs organismes et municipalités ont démontré qu’en travaillant ensemble, les gens peuvent atteindre des buts collectifs qui sont pour le moins remarquables.

Mais que se passe-t-il ensuite? Une fois que les arbres sont en terre, que peut faire notre industrie pour continuer à attirer l’attention sur la nécessité et la durabilité de nos forêts urbaines? Comment pouvons-nous maintenir cette poussée de collaboration en passant de la plantation à la croissance des forêts urbaines? Comment pouvons-nous combiner notre expérience, nos connaissances et nos ressources pour créer non seulement des conditions optimales pour la croissance et la longévité des arbres mais également pour accroître notre capacité de résoudre rapidement et efficacement les problèmes liés à la foresterie urbaine? C’est ici que l’importance de l’établissement d’un réseau se fait sentir.

La mise à jour suivante ne constitue qu’un échantillon des initiatives et des problèmes associés à la foresterie urbaine au Québec mais chaque cas met de plus en plus en évidence les avantages que notre région tirerait d’un réseau actif. Quel serait l’apport d’un réseau fonctionnel de professionnels locaux pour la foresterie urbaine au Québec? Tout d’abord, ceci pourrait faciliter l’échange d’information sur des questions opportunes, comme la progression des ravageurs et pathogènes forestiers, les nouvelles méthodes de lutte contre les espèces envahissantes ou la technologie de pointe pour optimiser notre travail. Avec un échange régulier d’information, les professionnels auraient les outils nécessaires pour intervenir plus rapidement et efficacement. Un réseau pourrait également nous fournir une plateforme pour partager nos réussites et formuler de meilleures pratiques régionales plutôt que de laisser chaque collectivité réinventer sans cesse la roue. De plus, un réseau pourrait renforcer notre capacité puisqu’un plus grand nombre de professionnels collaborant ensemble pour atteindre un but commun, comme obtenir des fonds ou faire adopter de meilleures lois, nous aidera à faire de notre liste de souhaits pour des forêts urbaines plus résilientes une réalité.

Donc avec ces buts en tête, 2017 sera marquée par l’établissement d’un réseau. Tout au cours de l’année, des efforts seront faits pour rejoindre les professionnels de la foresterie urbaine dans la province. Si vous avez le temps de partager de l’information, d’identifier des priorités en matière de foresterie urbaine au Québec ou d’aider à résoudre des problèmes de l’industrie de façon constructive, veuillez communiquer avec Meagan Hanna, votre représentante du comité directeur du RCFU pour la région du Québec : Meagan.hanna@ville.montreal.qc.ca.

Joignez-vous à la liste de diffusion RCFU