Par Heather Fraser – représentante de la région de l’Atlantique du RCFU

La troisième Conférence sur la foresterie urbaine de l’Atlantique a eu lieu à Fredericton, Nouveau-Brunswick, les 7 et 8 novembre 2017. Plus de 125 personnes y ont participé. L’auditoire comprenait des étudiants de trois universités de l’Atlantique et de l’École de gardes-forestiers des Maritimes, des planificateurs urbains, plusieurs groupes liés aux bassins hydrographiques, des organismes non gouvernementaux, des représentants des gouvernements municipaux et provinciaux, des entreprises de services publics du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, des professionnels spécialisés dans la lutte contre les ravageurs forestiers, des représentants du Service canadien des forêts, de l’Agence canadienne d’inspection des aliments et du Conseil sur les espèces envahissantes, des professeurs, des forestiers, des arboristes et bien d’autres personnes. Plusieurs kiosques du salon professionnel placé dans l’aire d’inscription ont été visités quand le temps le permettait.

L’événement de deux jours avec plus de 22 conférenciers a commencé avec un mot de bienvenue chaleureux du maire de Fredericton – M. Mike O’Brien – qui possède une connexion et une vision solide de la forêt urbaine dans sa collectivité. C’est un leader qui comprend bien les demandes que posent sur les forêts les ravageurs (comme l’agrile du frêne et la tordeuse des bourgeons de l’épinette), l’étalement urbain, le développement urbain accru et les événements météorologiques extrêmes (comme les tempêtes de verglas).

Notre conférencière principale était Mme Kathleen Wolf (Ph. D.), une chercheure en sciences sociales de l’Université de Washington qui a expliqué comment la forêt urbaine contribue à notre santé et notre bien-être. Elle a été suivie par Mme Verna Crossman, conseillère en politique scientifique de Ressources naturelles Canada – Service canadien des forêts – qui a parlé de la valeur des biens et services écologiques et a présenté de nouvelles recherches et nouveaux programmes en cours sur les forêts urbaines au Canada. Le troisième conférencier était M. Richard Zurawski, un météorologue, auteur, réalisateur, écrivain et animateur d’émission bien connu à la radio et à la télévision, qui a discuté du besoin de faire connaître au grand public la valeur des arbres. Il y a un manque de connexion avec les médias lorsqu’il s’agit de reportage sur les sciences. Il faut trouver comment faire comprendre des notions scientifiques aux médias pour qu’ils puissent ensuite passer notre message important au public. Notre séance plénière du matin s’est terminée avec Mme Adrina C. Bardekjian (Ph. D.), gestionnaire des programmes forestiers urbains et du développement de la recherche pour Arbres Canada et une boursière de recherche postdoctorale de l’Université de la Colombie-Britannique. Elle a partagé avec l’auditoire les résultats et les détails de plusieurs initiatives réalisées un peu partout au Canada ainsi que ses idées sur les tendances actuelles en matière de recherche sur la foresterie urbaine au Canada.

Pendant le repas du midi, M. David Coon, premier député vert de Fredericton-Sud et chef du Parti Vert pour le N.-B. (troisième parlementaire vert élu au Canada), a partagé avec tous des histoires sur l’importance des forêts dans sa vie.

Les présentations de l’après-midi ont eu lieu parallèlement et couvraient divers sujets dont : 1) l’aménagement paysager dans un climat changeant – que peut-on faire dans notre pratique actuelle; 2) des stratégies de planification urbaine comprenant des aménagements qui favorisent la foresterie urbaine et produisent des lieux de vie sains; 3) les forêts urbaines favorisent la santé et le bien-être des gens; et 4) le rôle des services publics dans la gestion des forêts urbaines.

Global TV a fourni une couverture médiatique de la conférence – https://globalnews.ca/video/3851321/invasive-emerald-ash-borer-making-its-way-to-atlantic-canada-raising-concern.

La municipalité de Fredericton a organisé une séance publique en soirée à l’amphithéâtre du Hugh John Flemming Forestry Centre à laquelle ont participé plus de 65 personnes pour discuter des recherches sur l’agrile du frêne ainsi que les répercussions économiques, le traitement et le contrôle de ce ravageur. L’agrile du frêne s’est beaucoup rapproché du Nouveau-Brunswick – seulement dix heures de route du Québec.

Le deuxième jour de la conférence a commencé avec des séances parallèles sur la gestion des ravageurs et des maladies dans nos forêts urbaines, le dépistage précoce, la réglementation et la vulnérabilité de certaines essences d’arbres aux ravageurs forestiers envahissants, les forêts indigènes et les corridors où les activités de gestion sont extrêmement importantes. Divers groupes liés aux bassins hydrographiques ont partagé leurs expériences en matière d’atténuation et d’amélioration ainsi que leur succès relativement à la restauration de zones riveraines.

Une discussion de groupe s’est déroulée après le repas du midi sous la direction de Mme Heather Fraser, présidente de l’Atlantic Urban Forest Collective et représentante de la région de l’Atlantique du Réseau canadien de la forêt urbaine. Cinq participants clés de l’auditoire – un professionnel de la foresterie urbaine, un météorologue, un professeur, un arboriste et un spécialiste de l’agrile du frêne venant du Québec – ont guidé cette discussion. Les questions posées aux experts comprenaient : Quels sont les vecteurs de changement qui affecteront probablement les forêts urbaines de l’Atlantique? Comment pouvons-nous nous préparer? Comment ces conseils diffèrent-ils selon la taille des collectivités?

Après la période de questions et réponses avec les experts, Heather a invité tous les participants à la conférence à partager ce qu’ils avaient appris au cours des deux derniers jours, s’ils avaient atteint leur but en assistant à la conférence (réseautage accru, partage de renseignements et d’expertise, sensibilisation accrue aux problèmes de la foresterie urbaine dans la région de l’Atlantique, possibilités de nouveaux partenariats et projets) et s’ils désiraient que d’autres conférences sur les forêts urbaines de l’Atlantique soient organisées dans l’avenir.

On a demandé à des représentants de chaque secteur de l’auditoire (étudiants, organismes non gouvernementaux, arboristes, chercheurs, professionnels) de parler et de faire des commentaires sur les discussions de la conférence. Les commentaires étaient assez positifs. Des feuilles de commentaires ont été remplies et les participants ont indiqué que d’autres conférences devraient être organisées mais que l’excellence des conférenciers dans les séances parallèles a rendu les choix difficiles parce que tout le monde voulait entendre tous les conférenciers!

La conférence de deux jours s’est terminée avec une randonnée pédestre sur le sentier longeant la rivière et traversant le pont Bill Thorpe dans le cadre de laquelle les participants ont observé les défis posés aux arbres et aux infrastructures ainsi que les succès obtenus.

Notre comité organisateur veut remercier nos parrains et partisans : la ville de Fredericton, l’International Society of Arboriculture, Nova Scotia Power, la ville de Charlottetown, le Maritime College of ForestTechnology, l’Association of Registered Professional Foresters of New Brunswick et Arbres Canada.

Joignez-vous à la liste de diffusion RCFU