Par Martha Barwinsky, Superviseure de la foresterie et des opérations relatives à la maladie hollandaise de l’orme, ville de Winnipeg, représentante de la région des Prairies

Toutes les grosses villes et plusieurs des villes plus petites de la région des Prairies ont des programmes actifs de foresterie urbaine qui sont liés à une sensibilisation et une éducation actives du public. Chaque province a au moins un groupe communautaire régional de foresterie urbaine ou organisme non gouvernemental (ONG). Les ravageurs envahissants, spécialement la maladie hollandaise de l’orme, sont des moteurs importants de ces ONG et de plusieurs de ces programmes de foresterie urbaine dans les villes. Compte tenu du manque de diversité dans les essences d’arbres, comparativement à d’autres parties du Canada, les Prairies sont exposées à des pertes plus importantes causées par des ravageurs s’attaquant à des espèces particulières.
L’Alberta continue de ne pas être touchée par la maladie hollandaise de l’orme et a des programmes de surveillance actifs en place au niveau de la province dans le cadre d’un partenariat de longue date entre le ministère de l’Agriculture et des Forêts de l’Alberta et la Society to Prevent Dutch Elm Disease (STOPDED). STOPDED est l’ONG qui administre et gère le programme provincial de prévention de la maladie hollandaise de l’orme en Alberta. Ce programme surveille également d’autres vecteurs de cette maladie, ce qui a permis de découvrir la présence du scolyte asiatique de l’orme à Medicine Hat en 2006. La population de ce scolyte a augmenté et s’est étendue dans la province depuis que cet insecte a été aperçu pour la première fois.

STOPDED a également formé un partenariat avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) pour surveiller la présence de l’agrile du frêne. Olds College fait aussi partie de ce partenariat pour ajouter à sa collection d’insectes perceurs de bois dans le cadre de son projet sur les insectes exotiques perceurs de bois. STOPDED œuvre aussi pour intégrer l’agrile du frêne dans la loi sur les ravageurs agricoles de l’Alberta et ses règlements.

En Saskatchewan, la maladie hollandaise de l’orme est une préoccupation constante. Le ministère provincial de l’Environnement appuie globalement les collectivités avec une gestion active de la maladie hollandaise de l’orme à l’aide de zones tampons autour de sept collectivités. Les municipalités rurales et urbaines en dehors de ces zones tampons sont responsables de leurs propres programmes. SOS Elms est l’ONG qui fournit un certain soutien aux collectivités. En juillet 2015, du personnel chargé de surveiller la présence de la maladie hollandaise de l’orme à Saskatoon a découvert un premier cas de cette maladie dans un orme de Sibérie. La ville a réagi sans tarder et a mis en œuvre son plan de lutte contre la maladie hollandaise de l’orme, enlevant rapidement l’arbre infecté, et a intensifié son programme de surveillance.

D’autres activités de foresterie urbaine à Saskatoon comprennent la mise à jour du système actuel d’inventaire des arbres, y compris la cartographie des arbres, l’élaboration de recommandations pour faire adopter un règlement municipal sur la protection des arbres, la poursuite de la mise sur pied d’une stratégie et d’un budget pour la gestion de la maladie hollandaise de l’orme, et l’amélioration de la gestion du sol dans les nouveaux quartiers pour les sites de plantation d’arbres.

À Regina, la maladie hollandaise de l’orme continue d’être la préoccupation principale et la ville maintient le taux d’infection très bas. Parmi les autres activités de foresterie urbaine à Regina, notons l’obtention de données du système d’information géographique (SIG) sur les arbres entretenus par la ville, la révision et la mise à jour d’une stratégie de foresterie urbaine vieille de 15 ans pour refléter le document de planification communautaire de la ville (Design Regina) ainsi que l’examen du règlement municipal actuel sur la foresterie.

Au Manitoba, la province a lancé le programme d’arbres du patrimoine au Manitoba en 2015, dans le cadre de la Loi sur la protection de la santé des forêts, pour reconnaître les arbres ayant une importance particulière pour les gens du Manitoba afin de sensibiliser davantage le public à l’importance environnementale, culturelle, sociale et historique des arbres et des forêts. Le programme est administré dans le cadre d’une entente de partenariat entre la province, Trees Winnipeg et l’Association forestière du Manitoba. N’importe qui peut mettre un arbre en nomination en ligne à l’aide du Manitoba Tree Register.

La gestion de la maladie hollandaise de l’orme est assez active au Manitoba. La province a modifié son entente de partage des frais avec les municipalités et la province continuera d’assurer la surveillance de la maladie hollandaise de l’orme mais les municipalités seront maintenant responsables de faire enlever les ormes infectés avec un appui financier de la province. Auparavant, le personnel de la province enlevait les arbres. La province entend maintenant appuyer les collectivités pour qu’elles jouent un rôle plus actif dans l’élaboration et la gestion de leurs propres programmes de foresterie urbaine.

En 2015, Winnipeg a connu sa plus grosse incidence de maladie hollandaise de l’orme en 16 ans avec 6 520 ormes devant être enlevés. La ville de Winnipeg et la province du Manitoba continuent de collaborer étroitement pour identifier comment elles pourraient améliorer la gestion de la maladie hollandaise de l’orme.

Pour contribuer à l’inventaire d’arbres publics de Winnipeg et mettre à jour l’inventaire des ormes pour gérer la maladie hollandaise de l’orme, Winnipeg a réalisé un inventaire des ormes se trouvant sur les propriétés privées et dans les aires naturelles en 2015 – on estime que le nombre global d’ormes d’Amérique qui poussent sur les propriétés privées et publiques de la ville est de plus de 236 000. Un inventaire des frênes qui se trouvent sur les propriétés privées et dans les aires naturelles a été entrepris en 2016 pour continuer les préparations à la lutte contre l’agrile du frêne.

La ville de Brandon met présentement sur pied une stratégie de foresterie urbaine. Brandon continue de se rétablir des dégâts causés par les inondations importantes de la rivière Assiniboine en 2011, puis en 2014.

Le Manitoba surveille activement la présence de l’agrile du frêne. La province, l’ACIA, la ville de Winnipeg et Trees Winnipeg collaborent tous à ces efforts.

Il existe un certain nombre de préoccupations concernant la foresterie urbaine dans toute la région des Prairies qui résonnent probablement dans tout le pays :

  • La menace continue des ravageurs exotiques et les ressources limitées qui sont alloués aux efforts de surveillance pour déceler leur présence sur le matériel végétal. Comme les conditions dans les Prairies limitent la diversité des essences d’arbres, il y a toujours des inquiétudes relativement aux options limitées pour remplacer les arbres infectés.
  • Qualité du matériel de pépinière et conditions du sol dans les nouveaux développements. Divers professionnels et responsables de programmes municipaux de foresterie urbaine continuent de travailler ensemble pour encourager des améliorations dans ces domaines. De plus, les budgets n’augmentent pas pour gérer les inventaires plus gros d’arbres causés par une plus grande urbanisation et l’expansion des villes.
  • Avec un développement toujours accru, les arbres actuels sont en danger et c’est pourquoi on veut intégrer la protection des arbres dans les règlements municipaux, lignes directrices et/ou spécifications. Un certain nombre de villes des Prairies ont une forme de règlements visant la protection ou la préservation des arbres, malgré que la plupart portent seulement sur les arbres publics. Une meilleure collaboration est nécessaire à ce sujet pour protéger les arbres pendant les travaux de construction et remplacer les arbres après la construction, spécialement dans les zones du centre-ville et les districts commerciaux.

Au cours des cinq prochaines années dans la région des Prairies, nous espérons observer ce qui suit :

  • Plus de collectivités avec des inventaires de leurs arbres et des plans de foresterie urbaine, y compris des plans pour lutter contre les espèces envahissantes
  • Une plus grande reconnaissance de la valeur de notre couvert forestier et des budgets appropriés
  • Une collaboration améliorée avec les services municipaux pour mieux protéger les arbres et veiller, à tout le moins, à ce que les arbres soient remplacés dans les sites appropriés

Joignez-vous à la liste de diffusion RCFU