Les arbres en fleur et les bourgeons qui apparaissent sur les arbres font partie des premiers signes les plus évidents du retour du printemps. Ils indiquent que la nature commence à se réveiller et qu’il se passe quelque chose!

Faisons un tour d’horizon du pays pour découvrir quelques exemples de superbes arbres fleuris qu’on trouve habituellement dans les différents territoires et provinces.

Colombie-Britannique : le cornouiller du Pacifique

Présent dans la région côtière de la Colombie-Britannique, le cornouiller du Pacifique arbore des fleurs blanches au début du printemps. Il produit également des baies rouges comestibles mais amères qui mûrissent au début de l’automne et constituent une source répandue de nourriture pour de nombreux animaux. Le cornouiller est souvent utilisé comme arbre ornemental en raison de sa petite taille et de ses magnifiques fleurs.

Il sert également de plante hôte au papillon azur estival et printanier, l’un des premiers à sortir de sa chrysalide au printemps. Pour se nourrir, ces papillons dépendent du nectar des premières plantes qui fleurissent telles que le cornouiller.

Alberta : l’aulne à feuilles minces

Photo par Virginia Tech

L’aulne à feuilles minces, qu’on trouve souvent le long des rivières, est un fixateur d’azote (c’est-à-dire qu’il améliore la fertilité du sol pour les autres espèces) et ses racines contribuent à prévenir l’érosion.

Cet arbre fleurit au début du printemps, voire dès le mois de mars dans certaines régions. Ses fleurs mâles sont des chatons longs et doux, tandis que ses fleurs femelles ressemblent à de minuscules pommes de pin. Ses chatons sont réputés comestibles et riches en protéines, mais ils sont très amers et peu goûteux.

Saskatchewan : le frêne vert

Ses fleurs éclosent en avril et apparaissent environ deux semaines avant les feuilles. Chaque arbre est soit entièrement femelle, soit entièrement mâle. Une fois pollinisées, les fleurs femelles se transforment en samares, des graines ailées qu’on surnomme parfois « hélicoptères ». Ils sont créés par pollinisation croisée grâce au vent.

De nombreux insectes se nourrissent du feuillage ou du bois de cet arbre. Le nuisible le plus courant est l’agrile du frêne, qui a dévasté un grand nombre de frênes partout en Amérique du Nord.

Manitoba : le chêne à gros fruits

Photo par Tom Kimmerer

Généralement présent dans les forêts de feuillus, le chêne à gros fruits est capable de survivre à des conditions climatiques difficiles.

Pollinisées par le vent, les fleurs mâles et femelles apparaissent sur le même arbre entre mars et mai. Une fois pollinisées, les fleurs femelles se transforment en glands qui sont ensuite dispersés par les animaux. Les fleurs apparaissent sensiblement au même moment que les feuilles. Les glands sont comestibles à condition d’être préparés correctement, car ils contiennent des toxines.

Ontario : le prunier noir

De magnifiques fleurs rose pâle apparaissent entre avril et mai avant que les feuilles bourgeonnent. Les fleurs de prunier dégagent un parfum très prononcé et très fleuri.

Le prunier noir est une source importante de pollen et de nectar pour les pollinisateurs indigènes. Un grand nombre d’animaux mangent les fruits de cet arbre comme les ours noirs, les écureuils, les tortues et les chauves-souris. Également comestibles pour les humains, ces fruits peuvent être préparés en confitures et en gelées ou consommés directement après avoir été cueillis sur l’arbre.

Québec : le platane occidental

De petites fleurs denses apparaissent en avril et mai au même moment que les feuilles. Chaque arbre porte des fleurs mâles et femelles qui sont pollinisées par le vent. Les fleurs mâles sont rouges, tandis que les fleurs femelles sont jaunes. Une fois pollinisées, les fleurs femelles se transforment en fruits formés d’une petite boule duveteuse de couleur brune qui contient de nombreuses petites graines dont un grand nombre d’oiseaux et d’animaux se nourrissent.

Souvent naturellement présents dans les terres humides, les platanes ont aussi été largement plantés dans les villes.

Nouveau-Brunswick : l’ostryer de Virginie

Ses fleurs apparaissent sous forme de chatons entre les mois d’avril et mai. Même si les fleurs mâles et femelles éclosent sur le même arbre, elles ne sont pas très voyantes. Les fleurs mâles sont d’un brun rougeâtre et les fleurs femelles, vert clair. Après avoir été pollinisés, les chatons femelles se regroupent en grappes de fruits en forme de sac qui contiennent des gousses renfermant les graines.

L’ostryer de Virgnie abrite des papillons amiraux, ainsi que des papillons glauques. Ses fruits peuvent être consommés par des oiseaux et de petits mammifères. Son bois est considéré comme très dense et résistant au feu.

Nouvelle-Écosse : le hêtre à grandes feuilles

Les fleurs mâles et femelles apparaissent sur le même arbre en avril en même temps que les feuilles. Petites et jaunes, ses fleurs mâles se regroupent en grappes en forme de boule. Plus petites et rouges, ses fleurs femelles poussent à l’extrémité des nouvelles petites branches. Les fleurs pollinisées se transforment en faînes. Ces faînes sont comestibles et peuvent être pressées pour obtenir de l’huile ou torréfiées pour faire du café. Ce sont également des sources de nourriture pour de nombreux oiseaux et mammifères.

Souvent présents dans des forêts mixtes et ombragées autour de ruisseaux et de ravins, les hêtres préfèrent les sols humides.

Terre-Neuve : l’érable rouge

Figurant parmi les plus arbres les plus répandus dans l’est de l’Amérique du Nord, les érables rouges se trouvent généralement dans les marais et dans les zones où le sol est humide, ce qui leur vaut le surnom d’« érables des marais ».

L’érable rouge est une plante hôte importante pour un grand nombre d’insectes, de mammifères et d’oiseaux indigènes au Canada, tels que les écureuils roux, les pics mineurs et les parulines du Canada.

Ses fleurs apparaissent avant les feuilles au début du printemps, généralement en mars ou avril. Les fleurs mâles rouges et les fleurs femelles vert jaunâtre poussent sur le même arbre, mais sur des branches différentes. Les fleurs libèrent parfois une odeur délicate de cerise douce ou d’amande qui ne dure qu’une semaine. Les fleurs produisent des fruits, ou samares, à la fin du printemps.

Île-du-Prince-Édouard : l’orme d’Amérique

Ses fleurs apparaissent en mai, environ deux à trois semaines avant les feuilles. Bisexuées, ses fleurs sont longues, minces et rouge vif. Une fois pollinisées par le vent, elles se transforment en samares.

L’orme d’Amérique peut pousser dans des habitats variés comme des flancs de collines, des hautes terres, des marais et des berges. Avant l’apparition de la maladie hollandaise de l’orme, ces arbres bordaient souvent majestueusement les rues des villes.

 

Yukon : le bouleau à papier

Généralement présent dans les forêts mixtes, le bouleau à papier est capable de s’adapter aux climats plus froids.

Ses fleurs qui apparaissent entre avril et mai dans des chatons se forment à peu près au même moment que les feuilles. Les fleurs mâles sont jaunes, tandis que les fleurs femelles sont vertes ou rouges. Ses chatons sont une source de nourriture pour les mésanges, les renards, les moineaux et d’autres oiseaux.

 

Nunavut : le peuplier faux-tremble

Appartenant à la famille des saules, le peuplier faux-tremble est l’arbre indigène le plus répandu en Amérique du Nord. On le trouve dans chaque province et territoire du Canada. Il a une durée de vie courte, environ 50 ans, et ses souches pourries offrent un habitat pour les oiseaux qui nichent dans des cavités. Il pousse et s’établit rapidement, ce qui fait de lui l’arbre parfait pour les zones perturbées ou brûlées.

À la fin de l’hiver, les arbres mâles produisent des chatons qui forment des sacs de pollen rouge ou rose entre mars et mai. Les arbres femelles reçoivent le pollen dispersé par le vent. Une fois pollinisé, l’arbre femelle libère des graines blanches duveteuses. Les chatons apparaissent avant les feuilles.

Le peuplier faux-tremble fait le régal des castors.

Territoires du Nord-Ouest : l’épinette noire

Capable de pousser dans des régions où il y a du pergélisol, l’épinette noire a tendance à préférer les sols acides des marais. Étant donné qu’elle se trouve dans des climats plus froids, elle dispose d’un laps de temps limité pour pousser chaque année et présente donc un rythme de croissance très lent.

L’épinette noire produit des fleurs au printemps et chaque arbre a des fleurs mâles et femelles. Les fleurs mâles sont rouges. Les fleurs femelles sont violettes et se trouvent à la cime de l’arbre. Les cônes femelles sont pollinisés par le vent, ce qui encourage la pollinisation croisée avec des arbres plus éloignés favorisant ainsi une plus grande diversité génétique. Les cônes femelles se transforment en fruits de forme conique et s’ouvrent pour libérer les graines. Les graines sont mangées par les oiseaux, les écureuils, les tamias et les souris. On trouve souvent des épinettes noires dans des zones où le reste de la végétation est clairsemé et elles fournissent une protection importante pour la faune.

 

Offre spéciale! Pour tout abonnement de 2 ans à Canada’s Local Gardener, le magazine fera un don de 5 $ à Arbres Canada et Arbres Canada plantera un arbre. Il s’agit du seul magazine dédié au jardinage d’un océan à l’autre du pays.Découvrez les arbres fleurissants de votre quartier, dès aujourd’hui!