En Ontario, le secteur de l’arboriculture est en pleine expansion et évolution à l’heure où les débats entourant la santé de notre planète et les moyens de la préserver se poursuivent.

Qu’est-ce qu’un arboriculteur?

Un arboriculteur ou une arboricultrice est une personne qui dispose de l’expérience et des connaissances techniques requises pour optimiser la santé des arbres et d’autres plantes et gérer leur entretien. Ses responsabilités vont de l’élagage à l’enlèvement d’arbres, en passant par la fertilisation ou l’irrigation du sol et la concertation avec des urbanistes.

Je travaille dans le milieu de la foresterie urbaine depuis plus de 40 ans et je peux témoigner de la variété des tâches accomplies par les arboriculteurs. Dans une même journée, un arboriculteur peut déchiqueter des broussailles avec un broyeur le matin, témoigner dans le cadre d’un procès pour dommages corporels à la suite de la chute d’un arbre après le dîner, et apporter son éclairage lors d’une audience publique sur l’aménagement du conseil municipal pour aborder les répercussions d’un projet de développement sur les arbres environnants en fin d’après-midi.

Au vu de la demande croissante d’arboriculteurs, il devient de plus en plus important que le processus d’accréditation du métier soit clairement défini afin de garantir la sécurité des arboriculteurs et de faire respecter des pratiques exemplaires dans le domaine.

Programme d’apprentissage en arboriculture

L’Ontario se trouve dans une situation unique, car il propose un programme d’apprentissage volontaire en arboriculture qui a été désigné par la province en 1992. Plus récemment, le métier d’arboriste de services publics a été créé dans le cadre de la même reconnaissance provinciale.

Le programme d’apprentissage aborde les aspects physiques du travail avec les arbres, y compris l’identification des arbres, l’élaboration de pratiques de travail sécuritaires, l’utilisation d’outils adaptés et le processus de câblage, d’élagage et d’enlèvement.

Les employeurs inscrivent leurs apprentis à deux sessions en classe de douze semaines dans un collège ou un autre établissement de formation reconnu au cours d’une période de deux ans.

Dans le cadre de ce programme, la personne en apprentissage doit démontrer ses connaissances techniques et son expérience en réalisant une liste de tâches comme démarrer et utiliser une scie à chaîne en toute sécurité devant son employeur. Après avoir suivi les cours et réalisé les tâches, l’apprenti peut passer un test écrit pour obtenir l’accréditation complète.

Arboriculteurs municipaux et arboriculteurs-conseil

Certains arboriculteurs suivent le programme d’apprentissage, tandis que d’autres peuvent faire le choix de travailler au sein d’une municipalité ou en tant que consultant pour fournir leurs services liés à l’identification, l’entretien et la gestion d’arbres en ce qui concerne :

  • des programmes de plantation et des activités de sensibilisation comme le Jour de la Terre, la Journée de l’arbre ou la Semaine de la forêt;
  • la planification, la plantation et la gestion d’arbres publics et privés dans le cadre d’un règlement municipal ou d’une loi sur l’aménagement du territoire;
  • un témoignage au tribunal ou lors d’audiences publiques en lien avec les arbres;
  • l’élaboration de programmes de gestion des espèces envahissantes touchant les arbres et de programmes de soins des végétaux.

Les arboriculteurs sont souvent embauchés par d’autres spécialistes (architectes, ingénieurs, urbanistes, avocats, architectes paysagers) qui ont besoin de leur aide pour réaliser leurs projets. Il peut s’agir d’un projet de reconstruction de route ou d’infrastructures à proximité d’arbres, du développement de sites, de procès liés aux arbres ou encore d’audiences publiques ou d’audiences publiques en appel sur l’aménagement.

Réglementation du métier d’arboriculteur en Ontario

Jusqu’à récemment, le programme d’apprentissage en arboriculture était réglementé par l’Ordre des métiers de l’Ontario. Il a toutefois depuis été remplacé par Métiers spécialisés Ontario, un organisme qui gère les lois et règlements liés aux métiers en Ontario. Actuellement, son mandat se concentre sur les métiers à accréditation obligatoire. On ne sait donc pas quand le processus de révision législative débutera pour les métiers à accréditation non obligatoire comme l’arboriculture. Ces processus de révision prennent en compte des éléments importants du métier, dont la protection des consommateurs, la santé et la sécurité et le respect des normes de certification.

Auparavant, il existait un processus de révision des métiers à accréditation non obligatoire dirigé par des parties prenantes du secteur, en consultation avec l’Ordre des métiers de l’Ontario, afin de déterminer la nécessité ou non d’un changement de statut pour un métier (d’accréditation non obligatoire à accréditation obligatoire).

Malheureusement, plusieurs accidents ont eu lieu dans le milieu de l’arboriculture au cours de la dernière décennie, dont beaucoup ont été relatés dans les médias. Le suivi de ces incidents sur le terrain par les médias a été utile pour évaluer leur nombre et leur portée. Espérons que ces données serviront à poursuivre la discussion sur l’introduction de procédures de travail plus sécuritaires et sur le renforcement des exigences de formation pour les futurs arboriculteurs et arboricultrices disposant de moins d’expérience. En parallèle, on peut espérer que cela permettra également de souligner la nécessité d’encourager la province de l’Ontario à réviser le statut du métier d’arboriculteur, entre autres.

L’avenir de l’arboriculture en Ontario

Des mesures sont prises pour renforcer la sensibilisation au travail des arboriculteurs et du milieu de la foresterie urbaine. Cela passe par de meilleures occasions de formation postsecondaire et l’établissement de normes pour les arboriculteurs par les municipalités.

Les années à venir s’annoncent prometteuses et pleines de transformations alors que notre secteur travaillera avec d’autres intervenants clés pour élever les normes et la conduite de la profession.

Pour poursuivre la discussion ou manifester votre intérêt à contribuer à rendre notre secteur plus sécuritaire et plus professionnel et à obtenir davantage de reconnaissance, contactez l’Ontario Urban Forest Council à info@oufc.org.