Au-delà de leur aspect esthétique, les arbres et arbustes comestibles permettent à la population et aux animaux de récolter des fruits, des noix et des baies. De nombreuses villes aménagent des jardins communautaires et intègrent à leur planification urbaine des arbres comestibles qui constituent une source importante de nourriture pour les banques d’alimentation et les autres organisations destinées à aider à nourrir les familles les plus démunies. Grâce à des initiatives de cartographie, il existe également de nombreux moyens de localiser les arbres comestibles présents dans votre quartier. Différents organismes encouragent leur plantation et proposent même des subventions pour vous aider à planter votre propre arbre comestible.

Les villes, les PGFU et les universités intègrent des arbres comestibles à leur planification

Un grand nombre de villes prévoient la plantation d’arbres et d’arbustes comestibles dans le cadre de leur planification urbaine, apportant ainsi nourriture, ombre et autres bienfaits pour la santé à leurs citoyens. La Ville de Victoria (Colombie-Britannique) intègre la production alimentaire à son plan de gestion de la forêt urbaine (PGFU) : elle souhaite augmenter le nombre d’arbres comestibles situés sur des propriétés publiques et dans les parcs. Les habitants auront ainsi la possibilité de profiter librement des fruits produits par ces arbres. La Ville a déjà commencé à planter des arbres à noix dans des espaces publics et a autorisé certains résidents à cultiver des jardins individuels le long des rues publiques de leur quartier. L’Université d’Ottawa et l’organisation Alimentation juste, également basée dans la capitale, ont mené des recherches afin de mettre au point un plan d’action nommé Ottawa Food Action Plan. Démontrant que la communauté et la Ville d’Ottawa bénéficieraient largement de l’intégration d’arbres comestibles dans la planification urbaine, ce plan recommande à la Ville de mettre en œuvre davantage de projets de verdissement sur les terrains qui lui appartiennent. Les arbres comestibles font même leur apparition sur les campus de certaines universités. L’Université McGill de Montréal (Québec) propose ainsi un “campus comestible”. En cultivant des arbres comestibles et un jardin communautaire sur son campus, l’université peut faire don de sa production à une banque d’alimentation.

Organisations et carte interactive “Falling Fruit”

De nombreuses organisations exploitent les arbres comestibles urbains, tandis que les banques d’alimentation s’appuient largement sur la production de ces arbres pour nourrir les plus démunis. Aux côtés de l’organisme Hidden Harvest Ottawa et de Cisco, la banque d’alimentation d’Ottawa a lancé un programme intitulé Trees to Tables (“De l’arbre à la table”). Ce programme vise à lutter contre la faim dans la ville d’Ottawa (Ontario) en récoltant les fruits des arbres appartenant à la municipalité pour les distribuer à ceux qui sont dans le besoin. Cueillis dans toute la ville par des bénévoles, les fruits sont ensuite partagés entre eux et les banques d’alimentation d’Ottawa. Il existe un grand nombre d’organisations dédiées à la récolte des denrées produites par les arbres urbains afin d’éviter qu’elles ne se perdent. Par exemple, les initiatives Hidden Harvest à Ottawa ou Not Far From The Tree à Toronto se chargent d’envoyer des groupes de bénévoles qui ont pour mission de récolter la nourriture disséminée dans la forêt urbaine comestible. Ces organismes partagent leur récolte avec les banques d’alimentation, les bénévoles et occasionnellement des restaurants. Ils peuvent parfois également compter sur l’aide de Falling Fruit, une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis qui aide les communautés à recenser les arbres comestibles dans leur voisinage. Ainsi, la Ville de Vancouver (Colombie-Britannique) dispose d’une carte Falling Fruit destinée à localiser les arbres fruitiers présents dans chaque quartier : cela simplifie la récolte de ces fruits pour les habitants et permet d’organiser des événements de cueillette plus facilement. À Calgary (Alberta), le planificateur environnementaliste Adrian Buckley avait remarqué un grand nombre de fruits qui pourrissaient sur son trajet pour se rendre au travail. Il a alors commencé à répertorier les arbres comestibles privés et publics dans son quartier et a ensuite utilisé ces données pour organiser une grande cueillette. Il espère étendre le projet afin d’établir une carte recensant tous les arbres comestibles de Calgary.

Arbres Canada et le programme Arbres comestibles

De nombreuses villes favorisent les arbres et arbustes ornementaux au détriment des arbres comestibles qui restent encore trop rares dans les espaces publics. Chez Arbres Canada, nous souhaitons changer ces habitudes. C’est pourquoi nous avons lancé en 2012 le programme Arbres comestibles, une initiative visant à promouvoir la plantation d’arbres comestibles dans les communautés. Les municipalités, les écoles et les jardins communautaires peuvent soumettre une demande de subvention pour planter des arbres fruitiers ou à noix comestibles dans leur voisinage. Offrant des subventions d’un montant maximum de 4 000 dollars, Arbres Canada apporte une aide financière à 20 communautés à travers le pays afin d’encourager la plantation de davantage d’arbres comestibles.

Les arbres comestibles apportent de l’ombre, de la nourriture pour les habitants et les animaux, une valeur esthétique, ainsi que de nombreux autres avantages pour votre communauté. Ils permettent également de nourrir les plus démunis en approvisionnant les banques d’alimentation en produits frais. Un grand nombre de personnes sont impliquées dans la plantation d’arbres comestibles et la cueillette de leurs fruits, y compris au sein de certaines villes et universités qui apportent leur pierre à l’édifice pour planter des arbres comestibles et aider ceux qui sont dans le besoin. Si la plupart des villes n’intègrent pas aujourd’hui d’arbres comestibles dans leur planification urbaine, espérons qu’elles prendront rapidement conscience de la tendance de plus en plus marquée à consommer aussi local que possible, y compris des fruits du parc du quartier!

Sources :

http://www.justfood.ca/downloads/Food_Action_Plan_2012_en.pdf?
http://ottawa.hiddenharvest.ca/
https://operationfruitrescue.org/
http://notfarfromthetree.org/
http://treestotables.hiddenharvest.ca/
http://www.ottawafoodbank.ca/
http://ofpc-cpao.ca/ottawa-food-action-plan/edible-landscaping-in-the-city-of-ottawa/?http://www.straight.com/blogra/799171/falling-fruit-map-points-way-edible-plants-vancouver-streets
http://www.mcgill.ca/redpath/channels/event/if-trees-could-talk-mcgills-edible-campus-226029
Page 69 http://www.victoria.ca/assets/Departments/Parks~Rec~Culture/Parks/Documents/Urban%20Forest%20Master%20Plan%202013%20Final%20Approved.pdf
http://www.calgaryherald.com/life/Rescuing+fallen+fruit/2134019/story.html