2020 a été une année difficile pour tout le monde. Puisque la sécurité du personnel était une priorité et que les impacts de la pandémie ont entraîné des difficultés budgétaires, beaucoup de nos programmes annuels de foresterie urbaine ont dû être suspendus, notamment les événements communautaires de plantation d’arbres à travers la région de l’Atlantique.

Un comité directeur et de planification officiel pour la région est en cours de création et sera annoncé une fois au complet.

Toutes les conférences et tous les ateliers planifiés ont eu lieu en ligne en 2020. Ce sera le cas en 2021 également.

L’atelier sur la santé des forêts du Canada atlantique a eu lieu virtuellement les 19 et 20 janvier. L’atelier et les présentations ont été enregistrés.

Moncton, N.-B.

La plupart des projets de plantation d’arbres sont suspendus jusqu’au printemps 2021. On estime qu’un nombre approximatif de 308 nouveaux arbres seront plantés, dont environ 194 sont de nouvelles plantations en développement. En 2020, tous les frênes de Moncton (580) ont été inspectés pour détecter la présence de l’argile du frêne et 350 d’entre eux ont été traités avec du TreeAzin à partir de début juin et jusqu’à la fin du mois d’août. En 2021, la moitié du peuplement recevra un deuxième cycle de traitement pour répartir les quantités, ce qui permettra à la Ville de traiter la moitié du peuplement tous les deux ans et de réduire la période de traitement au fil du temps. La Ville a commencé à enlever les arbres restants (environ 230) en raison de problèmes sanitaires et structurels pour lesquels le traitement contre l’argile du frêne ne permettait pas aux arbres de retrouver leur vitalité. Elle a également abattu 11 grands frênes supplémentaires qui représentaient un risque pour la sécurité publique. Les plus petits arbres restants seront enlevés et remplacés au cours du cycle d’entretien rotatif sur cinq ans ou lorsque les arbres présenteront des signes d’infection ou de dépérissement. La surveillance de l’argile du frêne se poursuivra tous les ans avec l’utilisation d’échantillons de branches aléatoires pendant les périodes d’entretien d’élagage cyclique et le recours à des pièges collants à argile du frêne. Les pièges à argile du frêne ont été disposés dans plus de 20 endroits à Moncton pour continuer à surveiller la propagation de ce ravageur. En 2021, le personnel se rendra dans les zones d’entretien des arbres pour mener des abattages prioritaires conformément au plan de gestion de la forêt urbaine, puis des élagages hautement prioritaires dans chaque zone auront lieu avant la poursuite du plan d’élagage habituel.

Saint-Jean, N.-B.

La Ville travaille à l’établissement d’un budget pour les arbres en 2021. La plupart des arbres seront plantés grâce à des dons et à des subventions. Les plantations ont été suspendues en 2020 à cause de la COVID-19.

Riverview, N.-B.

Riverview s’associe à la Réserve de biosphère de Fundy afin de planter des arbres dans le parc naturel de Mill Creek qu’ils ont récemment créé ensemble. La plantation d’arbres pour l’aménagement de lotissements se poursuit, ainsi qu’un nouveau partenariat avec la Fruit Tree Guild pour planter des arbres fruitiers le long du sentier Riverfront. Un nouveau programme de plantation d’arbres de rue similaire à ceux de Dieppe et de Moncton est en cours de développement pour permettre la plantation d’un nombre limité d’arbres tous les ans par des propriétaires établis de la région. Tous les arbres urbains ont été illuminés pendant le temps des Fêtes le long du sentier Riverfront, offrant ainsi aux résidents une belle promenade nocturne.

Fredericton, N.-B.

Malgré la pandémie, 390 arbres ont été plantés à l’automne et trois arbres ont été plantés au cœur du centre-ville à l’aide du système Permavoid. La mise en œuvre du plan de gestion de la maladie hollandaise de l’orme s’est poursuivie avec 231 ormes traités avec du DutchTrig.

Les agents municipaux ont traité 77 frênes avec du TreeAzin et 38 pièges à argile du frêne ont été installés et surveillés à travers la ville et dans les zones environnantes.

Tous les nouveaux arbres ont été dotés de sacs d’arrosage (des sacs Gator) à l’automne 2020 en raison d’un été extrêmement sec dans la région de l’Atlantique. Ces sacs seront également placés sur tous les arbres plantés au printemps 2021, puis réinstallés sur les arbres plantés à l’automne 2020. Le personnel investi devra les arroser tout au long de l’été à venir.

La transplantation de certains ormes et chênes à gros fruits a eu lieu grâce à l’acquisition récente d’une pelle hydraulique à arbres.

Une nouvelle initiative commence tout juste pour faire pousser nos propres arbres en utilisant des semences indigènes collectées localement. L’érable à sucre, l’érable rouge et le chêne à gros fruits sont en cours de stratification. La germination devrait commencer au printemps 2021.

Halifax, N.-É.

Chaque année depuis onze ans, Peter Duinker conclut une entente de recherche avec le groupe de foresterie urbaine de la municipalité régionale d’Halifax afin de mener des recherches et de surveiller les services liés au développement (de 2010 à 2012) et à la mise en place (depuis 2013) du plan de gestion de la forêt urbaine de la municipalité régionale d’Halifax. Ce travail a impliqué des dizaines d’étudiants au fil des années, à tous les niveaux. Les négociations sont en cours afin de recruter trois assistants de recherche pour l’été 2021 qui seront chargés d’un ensemble de projets de recherche de foresterie urbaine dans la municipalité régionale d’Halifax.

Cette dernière cherche actuellement à collaborer avec une organisation non gouvernementale pour la forêt urbaine dans le cadre de ses développements forestiers urbains. Toutes les parties intéressées peuvent prendre contact avec la municipalité régionale d’Halifax pour exprimer leur intérêt.

Un petit groupe de citoyens partageant les mêmes préoccupations et soucieux des arbres a lancé le Halifax Tree Project.

Une demande dans le cadre du programme Mitacs (un programme de bourse d’études financé par le gouvernement fédéral visant à la création d’expériences professionnelles), en collaboration avec l’Université Dalhousie, a été approuvée. Un stagiaire étudiant aux cycles supérieures rejoindra le personnel au printemps 2021. Sous la supervision de Peter Duinker, l’étudiant mènera la collecte de données et analysera des programmes de plantation d’arbres récents tout en collectant des données sur la localisation et la santé des pruches du Canada dans divers parcs de la municipalité régionale d’Halifax pour soutenir la surveillance continue des pucerons lanigères de la pruche.

Le 10 novembre, Jon Sweeney, Ph. D., chercheur scientifique du Service canadien des forêts, et Ron Neville, un biologiste travaillant sur des enquêtes phytosanitaires de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, ont animé une séance virtuelle avec la Confederacy of Mainland Mi’kmaq (CMM) et des membres des Premières Nations au sujet de l’argile du frêne. Une visite sur le terrain respectant les mesures de distanciation sociale a également eu lieu auprès du parc DeWolf à Bedford pour observer les frênes touchés.

La municipalité régionale d’Halifax travaille toujours sur ses normes d’aménagement paysager et de conception technique, ainsi que sur des spécifications supplémentaires en gardant à l’esprit les meilleures pratiques de gestion de foresterie urbaine. Des spécifications complémentaires pour des plans d’aménagement d’installations ont été actualisées en 2021 avec une nouvelle spécification en matière de terre végétale, des détails relatifs aux tranchées de boulevard et des précisions mises à jour pour la plantation d’arbres. Les normes municipales relatives à la conception, dont le « Tree Chapter », sont en cours de révision finale avec une publication prévue en 2021.

Charlottetown, Î.-P.-É.

Plusieurs modifications ont été apportées aux opérations de foresterie urbaine habituelles de Charlottetown en 2020 en raison de la COVID-19. L’année a malgré tout été fructueuse. Au lieu de planter des arbres dans les rues et les parcs au printemps, le travail a eu lieu à l’automne : 116 nouveaux arbres ont été plantés. En outre, environ 500 arbres et arbustes indigènes ont été plantés par des bénévoles pour étendre les zones naturelles de la ville.

La Ville a mis en place son règlement de protection des arbres pour la première année complète en 2020. Les propriétaires, les prestataires et les entreprises d’abattage d’arbres sont progressivement sensibilisés aux nouveaux protocoles de travail sur les arbres appartenant à la municipalité ou au patrimoine (ou à leur proximité). L’accent est principalement mis sur la communication et la sensibilisation, car des situations où le règlement n’est pas connu ou entièrement ignoré se produisent encore.

La surveillance et la gestion des insectes ravageurs et des maladies se poursuivent. Jusqu’à présent, l’argile du frêne est introuvable dans la province, ce qui est une excellente nouvelle. La gestion de la maladie hollandaise de l’orme se poursuit : cinq ormes malades, appartenant à des particuliers, ont été abattus en 2020. Huit ormes municipaux ont reçu un traitement à base d’Arbortect 20-S.

Charlottetown devait accueillir la Conférence canadienne sur la forêt urbaine à l’automne 2020. En raison des restrictions liées à la COVID-19, la conférence a été décalée à l’automne 2022. L’île du Prince-Édouard se tient prête à accueillir des visiteurs de l’ensemble du pays pour favoriser de futures collaborations dans le domaine de la foresterie urbaine.

La première cellule de sol de Charlottetown a été installée dans le centre-ville où il est difficile de trouver des espaces libres pour de nouveaux arbres. Ce projet pilote a vu l’introduction d’un nouveau produit appelé Permavoid. Il a été rendu possible grâce aux dons de Bird Stairs, d’ABT et de Pinnacle Agencies. Vous pouvez désormais apercevoir un Acer freemanii au croisement des rues Queen et Richmond, où nous espérons qu’il vivra et s’épanouira pendant de nombreuses années.

Landscape, N.-B.

En échangeant avec des éducateurs et des dirigeants politiques, nous constatons un changement social et culturel vers des infrastructures vertes dans tous les domaines. Cela comprend, entre autres, l’aménagement paysager résidentiel et commercial, la sécurité alimentaire, les forêts urbaines et la ressource forestière dans son ensemble. Il reste énormément de travail à accomplir, mais des portes en train de s’ouvrir. Le système éducatif s’oriente enfin vers la création de plus de salles de classe en extérieur, en partie pour répondre aux préoccupations en matière de COVID-19, mais aussi pour présenter la nature aux élèves de tous les niveaux. Des discussions autour d’une pénurie de main-d’œuvre deviennent une source d’inquiétude. Il est prévu de participer à l’engagement du gouvernement libéral de planter deux milliards d’arbres et au développement de calculatrices de carbone pour fournir des données qui pourront aider à convaincre davantage de personnes de la nécessité d’un changement. En mettant à l’avant-scène les inquiétudes liées à l’argile du frêne et à la sécurité alimentaire globale, nous pourrons sensibiliser davantage de personnes à la protection de notre terre, de notre eau et de nos forêts.

Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont collaboré afin de fournir des mises à jour pour ce rapport : Marc Laforest, Chris Gaudet, Gerry Cole, Mike Glynn, Keanen Jewett, Peter Duinker, Crispin Wood, Jim Landry et Jessika Corkum-Gorrill.