Depuis 1998, TELUS et Arbres Canada se sont associés pour planter plus de 600 000 arbres qui ont permis de verdir des collectivités et des terrains d’écoles, de restaurer des forêts urbaines et rurales, mais aussi d’apporter des fruits et des noix aux collectivités grâce à des arbres comestibles. Notre objectif commun : nous assurer qu’un environnement plus sain prend racine, mais aussi, pour TELUS en particulier, appuyer les communautés là où elles vivent et travaillent.

Pour TELUS, réussir dans les affaires implique de s’investir dans nos collectivités et cela passe par prendre soin de la planète que nous laisserons à nos enfants. L’entreprise appuie des projets d’intendance environnementale et s’est imposé des objectifs visant à réduire son empreinte écologique. En plus de proposer des options de facturation dématérialisée à ses fournisseurs et ses clients dans le cadre de ses efforts de réduction de l’utilisation du papier, TELUS a mis en place le programme Des arbres pour notre papier. Née de sa vision axée sur la réduction des répercussions écologiques liées à sa consommation de papier, cette initiative permet à l’entreprise de réduire encore davantage son empreinte globale. Dans le cadre de ce programme, TELUS s’est engagé à planter chaque année suffisamment d’arbres au pays via le Programme national de verdissement d’Arbres Canada pour compenser à terme par leur développement la biomasse utilisée afin de produire sa consommation annuelle de papier.

Le projet a vu le jour en 2018 lorsqu’Arbres Canada a reçu un appel de TELUS demandant combien d’arbres devaient être abattus pour produire le papier qu’ils utilisaient chaque année. J’ai utilisé la calculatrice d’Environmental Paper Network[1] qui a permis de déterminer l’empreinte écologique et le volume de bois en s’appuyant sur des moyennes et des estimations du secteur. J’ai ajusté les estimations de croissance des arbres afin de prendre en compte la croissance plus lente de la forêt canadienne. C’est ainsi que nous avons pu établir qu’un arbre devait être planté chaque fois que TELUS utilisait 14 ramettes de papier.

Pour sa première édition en 2018, le programme Des arbres pour notre papier a permis de planter 48 600 arbres afin de restaurer un terrain détenu par la Fondation Habitat de la Manitoba Wildlife Federation.  La Fondation, qui avait reçu ce terrain en héritage, a collaboré avec Arbres Canada et TELUS en vue de restaurer le couvert forestier et la connectivité de l’écosystème grâce à plusieurs passages de corridors fauniques et des ceintures de forêt.

En 2019, 53 741 arbres ont été plantés dans le cadre de ce programme pour restaurer le couvert forestier sur les terres de la réserve de la Première Nation Yunesit’in en Colombie-Britannique, à 97 km à l’ouest de Williams Lake.   Un feu avait brûlé la réserve en 2017 et on observait très peu de signes de régénération. En plantant des pins, des sapins, des épinettes et des peupliers, le projet espère restaurer le couvert forestier ainsi que les zones à proximité des cours d’eau et des ruisseaux.

L’année prochaine, le programme sera de retour au Manitoba pour sa troisième édition! Cette fois, il appuiera la restauration des terres de la réserve de la Première Nation Tootinaowaziibeeng visant à rétablir le couvert forestier et une partie du bassin versant de leur territoire. Les plantations apporteront un habitat faunique, amélioreront certaines fonctions hydrologiques que possédait la forêt par le passé, constitueront des coupe-vents, et offriront des opportunités récréatives pour la réserve.

Je suis ravi de cette collaboration avec TELUS, car je sais que ces arbres vont se transformer en forêts au cours des décennies à venir. Ils apporteront des bienfaits inestimables. Chaque nouveau projet bénéficie de l’effet boule de neige : les bienfaits des projets passés s’ajoutent aux précédents, en continuant d’avoir un impact de plus en plus positif sur l’environnement, ainsi que sur les populations des communautés qui résident sur ces territoires. Non seulement ces arbres vont séquestrer du carbone, une solution naturelle pour lutter contre le changement climatique, mais ils vont également offrir un habitat à la faune, encourageant ainsi la biodiversité. Ils vont améliorer la rétention de l’humidité et limiter l’érosion du sol, tout en offrant des opportunités récréatives et pédagogiques positives pour les populations des collectivités environnantes et en veillant à ce que nous disposions d’un air, d’une eau et d’un sol sains pour les générations futures.

Bien que l’unique et principale solution pour lutter contre le changement climatique consiste à réduire notre empreinte écologique et notre consommation globale, la conservation et la restauration de nos forêts à travers le pays peuvent nous faire gagner du temps en capturant une partie de notre pollution. Le fait qu’Arbres Canada collabore avec des organisations telles que TELUS, qui s’efforce d’agir sur ces deux plans, illustre parfaitement la manière dont des partenariats fructueux peuvent permettre de s’assurer qu’un environnement plus sain prend racine.

[1] Les estimations de l’impact sur l’environnement ont été réalisées à l’aide de la calculatrice d’Environmental Paper Network, version 4.0. Pour plus de renseignements, visitez www.papercalculator.org.