Par Michael Rosen, président d’Arbres Canada

IMG00426-20110327-1749

Michael Rosen qui collecte la sève de son érable, 2011

Les Olympiques ont lieu tous les quatre ans mais nous avons un gagnant ici même qui mérite une médaille d’or chaque année – le nectar des dieux : le sirop d’érable! Nous sommes très chanceux d’avoir le type d’arbre (érable) et le type de climat (froid) qui produisent ce magnifique liquide.

Environ 85 % du sirop d’érable produit dans le monde provient du Canada (la production étant mesurée avec le nombre de robinets ou champlures). J’ai un total de 15 robinets et je ne peux imaginer une meilleure façon de célébrer le fait que je suis Canadien, de communiquer avec la nature, de commémorer le retour du printemps et de prétendre, de façon très limitée, que je « vis des produits de la terre ».

Les érables produisent la sève la plus sucrée et la plus délicieuse. N’importe quelle espèce d’érable fera l’affaire. Les sucres fabriqués par les feuilles l’été précédent sont entreposés dans les racines. Lorsque les journées s’allongent et que les températures s’adoucissent au printemps (une production maximale est obtenue avec une température de -5 oC la nuit et +5 oC le jour), les arbres se servent de ces sucres pour produire de nouveaux bourgeons. On peut installer des robinets sur les érables lorsqu’ils ont environ 40 ans et ces arbres fourniront de la sève jusque dans leur 200e année sans dommage à long terme. Un robinet est traditionnellement installé en perçant un trou de 7/16 pouce à une profondeur de 5 cm (2 po) sur des arbres d’au moins 25 cm (10 po) de diamètre. Le nombre de robinets par arbre augmente avec son diamètre. On suspend généralement un seau avec un couvercle sur un chalumeau qui est enfoncé dans le trou. Un robinet bien installé dans un érable à sucre peut facilement produire un litre de sirop d’érable pendant la saison, avec beaucoup de temps passé à recueillir la sève et à la faire bouillir! Étant donné que la sève peut devenir inutilisable lors de journées chaudes, elle doit être ramassée quotidiennement et entreposée au froid ou placée dans l’évaporateur. Le rapport sève/sirop est d’environ 40:1, donc beaucoup de sève est bouillie!

De nos jours, il y a plusieurs innovations technologiques qui sont disponibles pour les producteurs intéressés, comme des systèmes de pipeline et d’osmose inverse. Mais pour tous les producteurs d’arrière-cour, la méthode de récolte au seau et de bouillage (sur un feu de bois ou un poêle au propane) sera probablement toujours la meilleure option. Célébrez l’arrivée du printemps en visitant une érablière avec vos amis ou collègues, en achetant des produits de l’érable ou en essayant de produire votre propre sirop savoureux sur votre terrain. Il n’y a pas d’activité plus canadienne!