fbpx
Vancouver urban trees

Recueil des meilleures pratiques de gestion des forêts urbaines

Chapitre 10. Pratiques d’élagage


Pour revenir à la page d’accueil du recueil, cliquez sur le lien suivant :
Recueil des meilleures pratiques de gestion des forêts urbaines →

Pratiques d’élagage

La pratique d’entretien des arbres la plus commune est l’élagage, qui représente environ 60 % des activités quotidiennes réalisées sur le terrain. Alors que le changement climatique augmente la fréquence et l’intensité des tempêtes, les résidents seront certainement amenés à devoir eux aussi élaguer leurs arbres. Ainsi, une étude rapporte qu’après les vastes dégâts causés par la tempête de verglas de 2013 à Toronto, les résidents ont été plus nombreux à devoir élaguer leurs arbres et éliminer des arbres sains afin de prévenir les dommages (Conway et Yip, 2016). Les arbres urbains sont élagués pour plusieurs raisons : empêcher les branches de tomber sur des objets ou des personnes, permettre aux branches restantes de supporter un poids plus important, améliorer la santé et la qualité des arbres en enlevant les branches endommagées, mortes, malades ou entrecroisées, contrôler les dimensions et la forme des arbres, corriger les dégâts causés par des tempêtes et fournir de l’espace pour les services électriques et autres services publics. La raison la plus reconnue pour élaguer des arbres urbains vise la sécurité.

Bien que l’élagage soit bénéfique pour l’arbre, il peut aussi réduire sa taille et influer sur sa santé à la suite de l’enlèvement de tissus. La réduction du volume de feuilles, de tiges ou de racines ainsi que des réserves d’hydrates de carbone et d’éléments nutritifs qu’elles renferment perturbent et restreignent directement les possibilités de croissance de ces arbres. Les répercussions finales de l’élagage sur la croissance et la taille des arbres doivent être examinées en tenant compte de l’âge, des habitudes de croissance et de fructification, du stade de développement tissulaire ainsi que du milieu auquel les arbres sont exposés, y compris le climat. Le changement climatique est susceptible d’influencer la plantation de certaines espèces d’arbres, comme des essences plus denses qui sont plus solides. L’élagage constitue l’une des principales dépenses en matière d’entretien des arbres municipaux, mais négliger ou repousser cette pratique peut entraîner des coûts d’entretien encore plus élevés à long terme (Vogt, Hauer et Fischer, 2015). Les municipalités et autres organismes peuvent établir un ordre de priorité des arbres à élaguer, par exemple selon les risques pour la sécurité, afin d’exploiter les ressources le plus efficacement possible.

Ressources en ligne canadiennes :

Ressources en ligne non canadiennes :

Ressources bibliographiques :

Conway, T. M. et Yip, V. (2016). Assessing residents’ reactions to urban forest disservices: A case study of a major storm event. Landscape and Urban Planning, 153, 1-10. https://doi.org/10.1016/j.landurbplan.2016.04.016

Follett, M., Nock, C. A., Buteau, C. et Messier, C. (2016). Testing a New Approach to Quantify Growth Responses to Pruning Among Three Temperate Tree Species. Arboriculture & Urban Forestry, 42(3), 133-145. Repéré à https://www.fs.usda.gov/treesearch/pubs/download/54445.pdf

Vogt, J., Hauer, R. J. et Fischer, B. C. (2015). The Costs of Maintaining and Not Maintaining the Urban Forest: A Review of the Urban Forestry and Arboriculture Literature. Arboriculture & Urban Forestry, 41(6), 293-323. Repéré à https://www.researchgate.net/profile/Jess_Vogt/publication/283711528_The_costs_of_maintaining_and_not_maintaining_the_urban_forest_A_review_of_the_urban_forestry_and_arboriculture_literature/links/5643b99108ae451880a3c33d.pdf    

Navigation

Rejoignez le plus grand réseau de professionnels de la foresterie urbaine au Canada