fbpx
Vancouver urban trees

Recueil des meilleures pratiques de gestion des forêts urbaines

Chapitre 17. Gestion des eaux de ruissellement et forêts urbaines


Pour revenir à la page d’accueil du recueil, cliquez sur le lien suivant :
Recueil des meilleures pratiques de gestion des forêts urbaines →

Gestion des eaux de ruissellement et forêts urbaines

Au cours des dernières années, les municipalités à travers le pays ont connu des inondations dévastatrices suite à de fortes pluies. Les forêts urbaines aident à réduire la quantité d’eaux de ruissellement qui s’écoulent dans les collecteurs d’eaux pluviales. Les arbres atténuent les eaux de ruissellement par évaporation, interception, réduction de l’érosion du sol et augmentation de sa capacité d’absorption. Ils peuvent également absorber et éliminer les traces de produits chimiques toxiques tels que les métaux, les combustibles et les solvants (United States Environmental Protection Agency, 2013). Les forêts urbaines permettent ainsi de réduire les risques d’inondation en cas de précipitations extrêmes tout en améliorant la qualité globale de l’eau de la ville (The Mersey Forest, 2014).

Les facteurs qui influent sur le niveau d’interception et d’évapotranspiration comprennent l’espèce d’arbre, la stature, la taille et la densité de la surface foliaire. L’augmentation du couvert forestier est un moyen simple qui permet d’aider à contrôler le ruissellement et à réduire sa quantité globale. Les municipalités peuvent établir des objectifs ou des recommandations en matière de gestion des eaux pluviales à travers leurs forêts urbaines. Par exemple, la Ville de Toronto vise à limiter le ruissellement à au moins 50 % de la quantité de précipitations annuelles de la ville. Les sites doivent quant à eux retenir au moins 5 mm des précipitations lors de chaque épisode pluvieux (Toronto Green Streets Technical Guidelines, 2017). Les municipalités ont également la possibilité de mettre en place des frais pour la gestion des eaux pluviales, en fonction du pourcentage de surfaces imperméables ou d’autres indicateurs, afin d’encourager les propriétaires à limiter l’ampleur du ruissellement. Les villes de Mississauga et de Kitchener ont par exemple mis en place ce type de frais (Environmental Commissioner of Ontario, 2016).

 Ressources en ligne canadiennes :

Ressources en ligne non canadiennes :

Navigation

Rejoignez le plus grand réseau de professionnels de la foresterie urbaine au Canada