fbpx

Les destructeurs des arbres : Nerprun Bourdaine


Retourner à la page principale de notre ressource des destructeurs des arbres ici :
Ressource Les destructeurs des arbres →

Nom

  • Nom français : Nerprun Bourdaine
  • Autres noms : Aulne noir, Bourdaine, Bourgène
  • Nom latin (scientifique) : Rhamnus frangula ou Frangula alnus

Type de menace

150x150 plants

Historique au Canada

  • Introduit en Amérique du Nord à la fin des années 1800 comme plante ornementale.
  • Observé pour la première fois au Canada à London (1898) et à Ottawa (1899).
  • En 1975, la plante s’était propagée dans presque tout le Sud de l’Ontario.
  • Plus abondante dans le Sud de l’Ontario mais pousse également vers l’ouest jusqu’à la Saskatchewan et vers l’est jusqu’à l’Île-du-Prince-Édouard.
  • Encore vendu dans les pépinières.

Biologie

  • Gros arbustre ou petit arbre (jusqu’à 6 m ou 20 pi de haut) qui produit un grand nombre de petits fruits foncés, seuls ou en grappes, le long de jeunes branches, à la base des feuilles.
  • Feuilles ovales au bord légèrement ondulé et lisse, contrairement aux feuilles du nerprun cathartique qui sont dentelées.
  • Les feuilles sortent tôt au printemps et restent sur la plante jusqu’à la fin de l’automne, ce qui bloque la lumière pour la plupart des espèces indigènes. Forment souvent des taillis denses qui excluent presque toutes les autres plantes.
  • Les fruits sont toxiques pour la plupart des animaux mais certains oiseaux les mangent sans problème et peuvent être responsables de la propagation de cette plante puisque les graines sont excrétées par les oiseaux sans dommage.
  • Les graines restent viables dans le sol pendant longtemps (jusqu’à 3 ans).
  • Cette plante préfère les terres humides mais peut pousser dans diverses zones sèches, comme dans des forêts et à la limite de boisés.
  • Cette plante est très envahissante parce qu’elle produit beaucoup de graines et tolère une vaste gamme de conditions de croissance.

Répercussions sur les arbres

  • Pousse dans des peuplements denses qui empêchent les semis d’arbres indigènes de s’établir et réduisent énormément les chances de survie des jeunes gaules qui se retrouvent trop à l’ombre.

Que peut-on faire pour contrôler ce destructeur des arbres ?

  • Coupe ou annelage des tiges, suivi d’une apllication d’herbicide sur les tiges coupées ou de l’enlèvement plus tard des pousses qui se développent après la coupe ou l’annelage.
  • Application d’herbicide à la fin de l’automne lorsque le nerprun pousse encore mais que d’autres plantes forestières sont en dormance.
  • Brûlages annuels ou tous les deux ans.
  • Tonte des jeunes peuplements.
  • Plusieurs années de contrôle sont nécessaires puisque les graines ne sont pas affectées par les méthodes énumérées ci-dessus et que les semis peuvent recoloniser rapidement une zone.

Galerie de photos :

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être tenu au courant.