fbpx

Les destructeurs des arbres : Nerprun cathartique


Retourner à la page principale de notre ressource des destructeurs des arbres ici :
Ressource Les destructeurs des arbres →

Nom

  • Nom français : Nerprun cathartique
  • Autres noms : Nerprun purgatif, Nerprun officinal
  • Nom latin (scientifique) : Rhamnus cathartica

Type de menace

150x150 plants

Historique au Canada

  • Introduit en Amérique du Nord à la fin des années 1800 comme plante ornementale.
  • Plus abondant dans le Sud de l’Ontario mais pousse également vers l’ouest jusqu’à la Saskatchewan et vers l’est jusqu’à l’Île-du-Prince-Édouard.
  • Encore vendu dans les pépinières.

Biologie

  • Gros arbustre ou petit arbre (jusqu’à 6 m ou 20 pi de haut) avec des rameaux épineux et des feuilles aux grosses nervures qui restent sur la plante jusqu’à la fin de l’automne.
  • Des fleurs mâles et des fleurs femelles sont portées par des plants différents.
  • Les plants femelles produisent un grand nombre de petits fruits foncés, seuls ou en grappes, le long des jeunes branches, à la base des feuilles ovales.
  • Les feuilles ont un bord dentelé, contrairement à celles du Nerprun Bourdaine qui ont un bord lisse.
  • Les feuilles sortent tôt au printemps et restent sur la plante jusqu’à la fin de l’automne, ce qui bloque la lumière de la plupart des espèces indigènes.
  • Les fruits, les feuilles et l’écorce sont cathartiques (purgatifs) pour la plupart des animaux mais les oiseaux les mangent sans problème.
  • Les oiseaux sont largement responsables de la propagation de cette plante puisque les graines des fruits sont excrétées par les oiseaux sans dommage.
  • Les graines restent viables longtemps (jusqu’à 3 ans) et ont un taux de germination élevé.
  • Cette plante tolère une vaste gamme d’habitats secs, y compris des forêts et la limite de boisés.

Répercussions sur les arbres

  • Pousse dans des peuplements denses qui empêchent les semis d’arbres indigènes de s’établir parce qu’ils sont trop à l’ombre.
  • Peut produire une substance qui empêche les autres espèces de croître.

Que peut-on faire pour contrôler ce destructeur des arbres ?

  • Coupe ou annelage des tiges, suivi d’une apllication d’herbicide sur les tiges coupées ou de l’enlèvement plus tard des pousses qui se développent après la coupe ou l’annelage.
  • Pousse plus tard dans la saison que la plupart des espèces indigènes, ce qui rend l’application d’herbicide efficace sans endommager les espèces indigènes à proximité.
  • Brûlages annuels ou tous les deux ans.
  • Tonte des jeunes peuplements.
  • Plusieurs années de contrôle sont nécessaires puisque les graines ne sont pas affectées par les méthodes énumérées ci-dessus et que les semis peuvent recoloniser rapidement une zone.

Galerie de photos :

Suivez-nous sur les réseaux sociaux pour être tenu au courant.